Épanouissement parental et co-parentalité ...

January 24, 2019

 

 

Dans un article datant du mois de septembre, je publiais le témoignage d'une femme qui me faisait part de sa souffrance parentale.

Elle m'avait demandé par la voie de mon blog de publier son récit pour pouvoir récolter des soutiens et conseils et ainsi rendre visible cette souffrance qui reste encore si peu abordée.

Son témoignage m'a donné envie de me pencher plus longuement sur ce sujet large qu'est la parentalité, la souffrance parentale et ce à quoi ressemblerait l'épanouissement parental... 

 

Je me suis mise à réfléchir à la manière dont je vivais la maternité et plus globalement la parentalité en m'observant et en observant aussi les modèles que j'ai autour de moi.

 

J'ai entendu les personnes qui font le choix de ne pas être parents.

 

Les Femmes notamment commencent à parler de ce non-désir longtemps considéré comme étant incompréhensible >> la volonté d'être mère serait un instinct partagé par toutes les Femmes qui jusqu'alors n'avait jamais été questionné.

 

Ce sujet de la parentalité est d'autant plus passionnant qu'il intervient en "plein débat" en France sur la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour les Femmes seules et les couples de Femmes lesbiennes.

En parler, permet de s'apercevoir que le désir/non-désir de devenir parent concerne bien toutes les Femmes et même celles qui appartiennent aux minorités sexuelles ET toutes les Personnes qui ne répondent pas aux "normes" sociétales et religieuses (ce désir d’enfants l'opinion publique et les politiques le remettent en question).

 

Ce qui est intéressant dans le traitement de ce sujet c'est de questionner notre capacité à faire le choix de devenir parent et les conditions dans lesquelles ce choix se fait.

 

Pour certain.e.s, devenir parent est une finalité qu'iels ne questionnent pas >> cela ne relèverait donc pas d'un choix mais le résultat d'un conditionnement.

 

Pour d'autres, devenir parent est un choix qui est longuement questionné et discuté entre partenaires.

 

Pour les derniers, la question de la finalité ou du choix ne s'est pas présenté, la parentalité s'est imposée à elleux (parentalité non planifiée, non désirée).

 

Plus j'écris sur le blog, plus je me vois questionner et aussi déconstruire les mythes sur lesquels j'ai bâti une partie de ma vie.

Je ne juge pas les mythes, s'ils existent c'est certainement pour servir de fil conducteur à un récit commun à beaucoup d'individus.

Ce que je juge c'est le fait que ces mythes se révèlent ne pas être adaptés à tout.e.s et  que l'acceptation de l'Autre est un long chemin souvent parsemé de luttes pour acquérir les mêmes droits pour tou.t.e.s.

 

***

 

J'écris cet article après avoir regardé le film ROMA d'Alfonso Cuaron nominé depuis dans 10 catégories aux prochains Oscars (eh ben).

 

J'ai aimé ce film, son rythme, son immersion au sein d'une famille dont les personnages principaux sont des Femmes.

 

Les conditions des Femmes et des mères sont largement décrites à travers les personnages de Cleo et Sofia interprétés par Yalitza APARICIO et Marina DE TARIVA.

 

Ces deux Femmes, dont les trajectoires de vie sont complètement différentes >> l'une est l'employée de l'autre, sont pourtant confrontées et de façon égale à leur rapport aux hommes et les inégalités que cela produit, leur relation à la maternité  et la manière dont elles la vivent.

Le film se déroule au Mexique en pleine révolution sociale et politique (années 1970) et les sujets tels qu'ils sont abordés sont universels et contemporains.

 

Avoir regardé ce film m'a fait reprendre ma réflexion sur mon rapport à la maternité et plus largement sur la question de l'épanouissement parental que l'on peine à atteindre.

 

 

Épanouissement parental :

 

Je me suis posée énormément de questions sur ma maternité...
Si j'avais su à l'âge de 22 ans (l'âge où j'envisage de devenir mère), ce que cela impliquerait 10, 20, ou 30 ans après, quelle mère je serais...

Si je ne n’avais pas connu d’hommes est-ce que mon désir d’être mère aurait été aussi logique et présent ?

Aurais-je tenté un parcours vers une maternité solo (PMA) ou bien aurais-je renoncé à la maternité constatant les obstacles ?

 

***

 

 

 

Longtemps dans mon imaginaire, je me voyais mère de trois enfants.

Seulement, plus j’avance dans mon expérience de la parentalité plus la concrétisation de ce troisième enfant s'éloigne.

Je me suis mise à ressentir que la parentalité peut être enfermante.

 

Je me suis demandée d'où provenait ce sentiment d'enfermement et trois raisons en ont émergé :

 

- le rythme de vie actuel qui ne laisse pas la place à une parentalité épanouissante.

 

- les choix que j'ai faits pour être mère "comme je le voudrais" ont été souvent accompagnés de sacrifices, de difficultés et d'abandons ;

 

- les co-parents.

 

Plus jeune, j'ignorais tous les enjeux d'être mère... l’insouciance de la jeunesse nous cache des choses et je n’imaginais pas qu’être mère c’est vivre constamment avec l'inquiétude comme meilleure amie, le doute comme bras droit le tout accompagnée de beaucoup de joie (OUF) !

 

J'ai un fils adolescent (période particulière et importante) et une petite fille de 4 ans.

Ces deux maternités donnent lieu à des dynamiques tant opposées que différentes (pères différents).

 

Je me suis aperçue que mon épanouissement dépendait du contexte et des conditions dans lesquels je suis parent.

 

- suis-je suffisamment bien entourée ?

- ai-je accès à tous les outils pour permettre à mes enfants d'être bien ?

- suis-je la mère que je voudrais être pour elleux ?

- que nous manque-t-il ?

 

Pour que je sois être un parent épanoui.e, j’ai besoin de :

- pouvoir occuper l'espace qui me revient pour exercer ma parentalité,

- être reconnu.e comme parent aussi bien avec les co-parents (même si nous ne formons plus un couple) mais aussi par l'entourage (parents, proches et amie.s),

- pouvoir bénéficier de l'écoute quand se présentent les difficultés,

- appliquer la bienveillance pour tout.e.s...

 

Je pense qu'il est important de garder en tête que la parentalité n'est pas un chemin linéaire et de considérer que des obstacles, des conflits et des difficultés peuvent se présenter et ne pas hésiter à revenir sur le modèle initial en y ajoutant, en modifiant ou en supprimant des choses.

 

Dit comme ceci, cela a l'air très simple.

 

*Cela me demande beaucoup d'énergie pour ne pas céder à la frustration.

Quand elle se fait sentir, je me penche dessus et me demande d'où elle provient et je cherche les moyens pour la comprendre et la gérer.

 

*Cela me demande de canaliser mes émotions liées à la culpabilité, aux doutes et au manque de confiance.

 

 

 

 

 

Charge.s :

 

 

On parle beaucoup de charge mentale quand on évoque la parentalité et je pense que cette charge  joue beaucoup dans la question de l'épanouissement parental.

 

*charge mentale : "La charge mentale ménagère, généralement simplement charge mentale, est un principe de sociologie traitant de la charge cognitive que représente, généralement, la gestion du foyer au quotidien pour la femme dans un couple hétérosexuel."

 

Dans l'épanouissement parental, j'inclus la charge mentale ainsi que les charges émotionnelle, sentimentale, logistique et matérielle ressenties et prises en mains le plus souvent par un seul des deux parents (souvent la mère) favorisant les inégalités, qui sont un terrain privilégié à l'épuisement et à la souffrance parentale.

 

Il me semble opportun de rappeler que l'égalité est un principe important d'introduire au sein des familles, où c'est encore le modèle patriarcal qui est la norme (les tâches relatives au foyer sont attribuées à la mère seule).

 

Le fait que nous soyons des êtres sociaux, Femmes et hommes, répondons de manière inconsciente à cette binarité.

 

De nos jours, ces rôles doivent être remis en question afin que les Parents puissent trouver leur place.

 

Le co-parenting peut se révéler être une solution pour pratiquer l'égalité et ainsi d’entrevoir l’épanouissement en tant que parent.

 

 

 

 

Co-parenting : 

 

Le co-parenting c’est le partage des responsabilités parentales.

 

Quand on évoque les responsabilités parentales, j’entends celles-ci :

 

- les décisions importantes et quotidiennes concernant l'éducation des enfants ( suivi scolaire ou/et médical...),

 

- la planification des événements spéciaux dans la vie des enfants (sorties, vacances...),

 

- la tenue de discussions à propos de la famille (déménagement, naissance, décès),

 

- les besoins financiers pour l'éducation des enfants.

 

Le co-parenting signifie que les parents composant la famille assument chacun.e une part égale de présence, de disponibilité et de soins aux enfants. 

 

Pour une bonne réussite du co-parenting, le partage des responsabilités exige que les deux parents soient en mesure d'entretenir des relations cordiales et axées sur les enfants. 

 

Même en couple ou ne vivant pas/plus sous le même toit, les personnes qui pratiquent le co-parenting doivent appréhender son.sa conjoint.e (son.sa compagnon/compagne, son.sa ex.e) comme co-parent

 

Il a été constaté que les familles où se pratique le co-parenting, les enfants se développent harmonieusement du fait de la relation équilibrée existante entre co-parents.

Les co-parents eux-mêmes en récoltent du positif.

 

  • Tips co-parenting :

- faire preuve de souplesse,

- être empathique,

- être capable de faire la distinction entre les rapports entre adultes/co-parents et les rapports avec les enfants,

- avoir confiance, 

- soutenir le.a co-parent,

- être compréhensif.ve, 

- apprécier et respecter les valeurs de chacun.e

- coopérer, afin de bâtir une relation équitable et respectueuse.

 

Il existe des structures et des professionnel.les en cas de difficultés dans la réalisation du projet familial.

Des outils existent également pour rétablir le dialogue entre parents et trouver des solutions dans l'éducation des enfants >> il est possible d'avoir recours à un.e Médiateur.trice Familial, un.e Conseiller.e Conjugal et Familial ou un.e Assistant.e Social.

 

Une liste de ces professionnels est disponible en mairie ou en faisant une recherche sur Google.

Concernant les tarifs, avoir recours à un.e assistant.e social est gratuit, les honoraires des médiateurs familiaux sont calculés en fonction du quotient familial fixé par la CAF selon les déclarations de revenus, quant aux honoraires des conseillers conjugaux, les tarifs sont libres (profession libérale).

 

Information qui peut être utile : les établissements (collèges et lycées publics) possèdent un service social dont les champs d'action sont les suivants :

 

"1/ à la prévention et à la protection des jeunes en danger ou maltraité.e.s : écoute, suivi, médiation, signalements ;

2/ à la lutte contre l’absentéisme et l’échec scolaire : soutien, évaluation sociale, projet personnel;

3/à l’orientation des élèves en difficultés ou en situation de handicap;

4/ aux actions collective de prévention : information et accompagnement dans les démarches (juridiques, administratives, prestations sociales, fonds sociaux"

 

 

 

Je tiens à rappeler que le co-parenting ainsi que faire appel à un professionnel de la famille n'est pas seulement qu'utile en cas de séparation des parents.

Ces solutions sont aussi valables pour les personnes vivant en couple, couple parents séparés vivant sous le même toit ET tout autre type de structures familiales : familles homo-parentales, familles recomposées et familles mono-parentales.
 

IL EST NON NÉGLIGEABLE DE RAJOUTER QUE : les antécédents de violence conjugale (physique, sexuelle, économique ou psychologique) ne sont pas des conditions favorables à l'exercice du co-parenting à cause de la perte de confiance et la méfiance qui existe entre les deux parents résultant des antécédents traumatiques.

 

Aussi, le co-parenting peut être plus difficile à mettre en place (sans pour autant être impossible) quand les parents n'ont pas vécu avec leurs enfants pendant une certaine période. 

 

***

 

 

 

N.B :

Le co-parenting peut se faire en couple ou après une séparation.

Les parents solos peuvent trouver de l'aide auprès de structures ou des professionnel.l.es.

 

La réussite du projet familial et l'épanouissement des parents dépendent intrinsèquement de la personne avec qui on devient parent >> HELL YEAH !

On peut être riche ou pauvre, vivre l'un.e ou l'autre à l'autre bout du monde, être en mauvaise santé, workaholic plus la relation des co-parents est basée sur le bien-être des enfants et l’espace laissé à chacun.e plus l'épanouissement parental et le co-parenting sont possibles.

 

A tous les parents, je dis COURAGE !

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

CONTACTER BADASSMAMAN

BadAssMaman