BadAssMaman ...

November 14, 2018

  

 

Il m'est souvent demandé pourquoi mon blog s'appelle BadAssMaman.

 

Je me dis que c'est peut-être le moment de revenir sur mon activité de blogging et sur BadAssMaman.

 

BadAssMaman parce que j'ai jusque là fait des choix de vie qui peuvent paraître "badass" pour la norme, parce que j'ai traversé des épreuves qui m'ont renforcée et que je suis tout simplement mère.

 

 

Il m'est utile de rappeler que les articles que j'écris restent personnels et que les billets que je publie sont directement inspirés de mes expériences et la manière dont appréhende ma vie >>

 

- de Femme,

- de Femme noire,

- de Femme mère,

- de Femme queer,

- de Femme entrepreneuse,

- de Femme militante afroféministe,

 

et les effets que toutes ces "casquettes" que je porte simultanément produisent sur moi et aussi sur toutes les personnes qui se sentiraient concernées par mes propos pour les vivre ou bien les comprendre.

 

 

***

 

 

A travers mon blog, je m'empare de sujets que j'ai personnellement vécus ou qui sont des préoccupations dans le cadre de mon engagement féministe.

 

C'est la raison pour laquelle, le sujet dont je parle régulièrement est le patriarcat* et ses effets.

 

*Le patriarcat est la domination sociale et économique des hommes sur les femmes, les enfants et toutes les personnes considérées comme non conformes ou inférieures aux hommes.

 

Les effets du patriarcat se manifestent par des règles sociales, morales et religieuses émises dans l'intention de soumettre tous les individus placés sous l'autorité patriarcale et permettre la domination de tous les individus socialement masculins.

 

Le patriarcat est un système qui régit de nombreuses sociétés et dont les conséquences peuvent être violentes pour les personnes qui le subissent.

 

Le patriarcat est responsable de nombreuses inégalités et discriminations (en France les Femmes sont rémunérées en moyenne 23% de moins que les hommes ; les personnes appartenant aux minorités sexuelles sont discriminées par la société).

 

Le patriarcat produit des violences telles que :

 

- physiques : les violences conjugales et violences masculines (agressions physiques) ;

morales : le sexisme et la domination de la société envers les Femmes et les personnes dites vulnérables (enfants, personnes handicapées ...) et minorités sexuelles (personnes non hétérosexuelles) produit des discriminations et des inégalités qui ont un effet sur la vie des personnes qui subissent cette domination ;

- médicales : violences obstétricales (banalisation de certains actes médicaux envers les Femmes, mauvaises prises en charge des besoins médicaux féminins) ;

- économiques : isolement économique des Femmes au sein de leur foyer, familles monoparentales dont le chef de famille est une Femme ou inégalités salariales qui conduisent à la précarité ou d'important écarts de salaires et de persepctives professionnelles entre Femmes et hommes ;

- sexuelles : agressions & atteintes sexuelles et viols.

 

La manifestation de ces violences atteste de la volonté farouche des sociétés patriarcales à soumettre et à dominer par le biais notamment de la masculinité toxique*. 

 

La masculinité toxique : « la masculinité toxique est un modèle spécifique de la virilité, orienté vers la domination et le contrôle.

C’est une virilité qui perçoit les femmes et personnes LGBTQIA++ comme inférieures.

Qui conçoit le sexe comme un acte non pas d’affection mais de domination, et qui valorise la violence comme seule façon de s’imposer dans le monde.»

 

La masculinité toxique est un terme popularisé par la féministe et bloggeuse américaine Amanda Marcotte dans ses différents écrits.

 

La masculinité toxique se manifeste par des comportements sexistes, homophobes, validistes se basant sur la domination sociale des hommes.

 

La masculinité toxique est la normalisation des violences exercées par les hommes, l'exercice de leur domination dans tous les espaces qu'ils occupent (comme le manspreading et le mansplaining, la culture du viol), la répression de leurs émotions (boys will be boys) et le maintien d'hommes violents et agresseurs dans des espaces professionnels et sociaux.

 

Exemples de l'expression de la masculinité toxique :

 

- les vrais hommes et les petits garçons ne pleurent pas ...

- les vrais hommes ne s'occupent pas de leur enfants, récemment Daniel Craig, acteur a été qualifié d'émasculé parce qu'il portait son bébée ...

- les petits garçons ne peuvent pas jouer à la poupée ...

- les petits garçons doivent avoir les cheveux courts ...

- l'univers des jouets genré : jeux pour garçons, jouets pour filles ...

- mode enfantine qui utilise encore les codes de couleur comme le bleu pour les bébés garçons et le rose pour les bébées filles ...

- la croyance qu'il y auraient des métiers pour hommes, d'autres pour Femmes ...

 

Ce qui favorise la toxicité de la domination masculine est le fait que ce modèle est encore trop faiblement réprimé par l'ensemble de la société qui continue de véhiculer la supposée supériorité des hommes et donc la propagation des privilèges masculins*.

 

Le privilège masculin c'est l'examen des avantages à être un homme dans nos sociétés, voici un article qui regroupe ces privilèges à être un homme dans le monde ... 

 

*Exemples de privilège masculin :

 

  • la carrière professionnelle des hommes n'est pas interrompue par la parentalité : ils n'en subissent pas les effets négatifs (refus de promotion, non augmentation de salaire, licenciement après retour de congé maternité ...).

  • la contraception reste une problématique qui reste dans la plupart des cas de figure à la charge exclusive des Femmes.

  • le sentiment comme la colère est valorisée pour les hommes ou est une excuse pour expliquer un comportement involontaire, tandis que pour les Femmes la colère est réprimée ou stigmatisée (hystérie terme sexiste, ou "angry black woman" pour les Femmes noires qui est très péjoratif).

  • le nom de famille, patronyme (nom du père en grec) qui est donné aux nouveaux né.e.s ou lors du mariage qui reste la norme.

Depuis 2013 en France les enfants nouveaux né.e.s peuvent porter le nom du père, de la mère ou le nom des deux parents accolés séparés par un simple espace article 311-21 du Code Civil.

 

Toutes ces raisons font qu'il est difficile de combattre le patriarcat tellement il est imprégné dans nos systèmes familiaux, sociaux et éducatifs.

 

***

 

Je suis une Femme et de fait je suis soumise aux règles patriarcales et j'ai au cours de ma vie subi des violences masculines, ainsi que les effets de la masculinité toxique.

 

Je ne suis malheureusement pas la seule à en avoir été victime.

 

Je partage ici certains chiffres d'études faisant état des violences patriarcales dont les résultats sont alarmants :

 

- Dans le monde, 70% des femmes sont confrontées à des violences physiques et/ou sexuelles ;

 

35% des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d'une autre personne à un moment donné dans leur vie ;

 

Environ 120 millions de filles dans le monde (soit un peu plus d'une sur dix) ont déjà été forcées à avoir des relations sexuelles ou à s'adonner à d'autres actes sexuels à un moment donné dans leur vie ;

 

- Selon le rapport de l'Union européenne, une femme sur dix, âgée de plus de 15 ans a déjà été victime de cyber-harcèlement ;

 

- En 2014, 23% des femmes non hétérosexuelles (se déclarant lesbiennes, bisexuelles ou autres) interrogées au sein de l'Union européenne ont indiqué avoir subi des violences physiques et/ou sexuelles perpétrées tant par des hommes que par des femmes autres que leur partenaire, contre 5 pour cent dans le cas des femmes hétérosexuelles;

 

C'est pourquoi des mesures en faveur de la protection et la sauvegarde des droits des Femmes, des jeunes filles et des personnes vulnérables ont émergé ces dernières années comme :

 

- la popularisation et l'éducation au consentement ;

 

- le vote d'une loi le 4 août 2014 pour l'égalité réelle des Femmes et des Hommes en France afin de faire progresser les droits des Femmes et changer les mentalités ;

 

- manifestations féministes à travers le monde #metoo, #balancetonporc, #moncorpsmeschoix ...

 

- naissance des nouveaux concepts et vocabulaires pour expliquer et mettre en lumière les inégalités et les discriminations sociétales : grossophobie, validisme, mysoginoir ...

 

***

 

Je me permets de citer Audre LORDE "Your silence will not protect you" et souligner l'importance de dénoncer les abus d'une société inégale.

 

Audre LORDE écrivait aussi : "I write for those women who do not speak, for those who do not have a voice because they were so terrified, because we are taught to respect fear more than ourselves. We've been taught that silence would save us, but it won't."

 

"J'écris pour ces femmes qui ne parlent pas, pour celles qui n'ont pas de voix parce qu'elles sont terrifiées parce qu’on nous apprend à respecter la peur plus que nous-mêmes.

Il nous a été appris que le silence nous sauverait, alors que non."

 

J'insiste sur l'importance de pouvoir maintenant témoigner par la voix/voie de mon blog et de briser le silence coupable de nombreux abus en favorisant le maintien d'inégalités et la perpétration de violences.

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ME CONTACTER:

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com