Thirteen reasons why ... ma review ! [TW]

October 23, 2018

 

 

 

Je suis une fan de séries.

 

Je suis le genre de personne à dévorer les saisons des séries que j'aime d'un seul trait.

 

Avec Netflix, mon appétit est souvent satisfait tant les programmes qui sont proposés sont vastes et variés.

 

J'ai d'abord entendu parler de la série "Thirteen Reasons Why" au détour de conversations et je me suis rendue compte qu'elle était disponible sur Netflix et en regardant le trailer, je ne m’y étais pas plus attardée en me disant faussement que le propos concernerait le quotidien, les préoccupations et la vie d’adolescent.e.s et que finalement j’en étais loin (oui, oui j’ai passé la trentaine).

 

En effet, l'objet de cette série est bien plus que le quotidien de lycéen.n.e.s américain.e.s car les problématiques abordées bien précisément sont le harcèlement (scolaire, moral et sexuel), la libre circulation des armes à feux, l'addiction à l'alcool et la drogue mais aussi le consentement sexuel, le viol et les agressions sexuelles, la santé mentale, la parentalité, la sexualité, le suicide et le deuil.

 

Au début de chaque saison (2 saisons à ce jour), la série est présentée par les actrices et acteurs qui évoquent les sujets qui sont traités et appellent à la vigilance dans l'hypothèse où elle serait visionnée par des adolescent.e.s, des jeunes adultes ou des personnes en période vulnérabilité psychologique d'en parler ou de ne pas la regarder seul.e car cela pourrait les bouleverser.

 

De plus, à la fin de chaque épisode, les spectatrices et spectateurs sont invité.e.s à contacter une cellule mise en place par la production de la série pour obtenir du soutien et de l'aide si nécessaire (plateforme pour les US).

 

La série est inspirée du roman de roman "Thirteen Reasons Why" de Jay Asher paru en 2007.

 

La chanteuse Selena Gomez est la productrice exécutive.

 

Les sujets abordés par la série "Thirteen Reasons Why" sont des sujets de sociétés dont certains  font écho à mon engagement féministe, à ma condition de mère de deux enfants, dont un actuellement adolescent.

 

 

 

 

My review, je l'espère sans spoilers !

 

 

Harcèlement :

 

Dans la série "Thirteen Reasons Why", le harcèlement est évoqué dans toutes ses dimensions : le harcèlement scolaire, sexuel et moral.

 

Même si cette série est une totale fiction, il nous est facile d'imaginer que les situations décrites peuvent se produire dans la vie réelle.

 

On se met à comprendre le mécanisme du harcèlement.

 

On y voit la manière dont la victime n'arrive pas à se positionner sur son statut tiraillée par la culpabilité et la peur, la pression sociale et le regard et l'incompréhension de l'entourage.

 

Au fil des épisodes, l'isolement des victimes est bien illustré... on y voit l'impuissance des personnages qui sont victimes à clamer leur vérité et se réfugier dans le silence.

 

Le harcèlement obéit très souvent aux mêmes mécanismes : il est pratiqué par une ou des personnes en situation de supériorité numérique ou par un ascendant (supérieur.e hiérarchique, personne populaire) et fonctionne de paire avec du chantage affectif, sentimental ou économique.

 

En plus du harcèlement, la série montre aussi la force de la rumeur et comme elle agit comme un rouleau compresseur sur la réputation.

 

Plus la rumeur se répand et est reprise plus ses effets et ses conséquences deviennent importants et incontrôlables.

 

L'année dernière, j'ai été intervenante lors d'un workshop dont le sujet était de sensibiliser les participantes aux situations de harcèlement moral et sexuel dans un environnement professionnel.

 

Lors de ce workshop, si le focus était bien entendu sur le milieu professionnel, nous nous sommes attachées à rappeler que ces situations de harcèlement pouvaient venir de proches : famille, ami.e.s ou même dans le cadre de relations sentimentales.

 

Nous avons renseigné les participantes du workshop afin qu'elles puissent identifier les premiers signes du harcèlement, les ressources qui existent pour trouver de l'aide et les solutions pour aller vers la guérison.

 

Malheureusement, dans la série ces situations de harcèlement se terminent de façon dramatique.

 

 

 

 

 

Santé sexuelle, consentement sexuel et sexualité :

 

Au fil de la série, la sexualité est omniprésente.

 

Comme tous les derniers sujets d'actualités ces derniers mois : #metoo, #balancetonporc, consentement, cours d'éducation sexuelle, on s'aperçoit que la sexualité est un domaine qui souffre de nombreux tabous et d'interdits.

 

Encore trop souvent la sexualité est jugée comme quelque chose de mauvais.

 

On s'aperçoit que la sexualité est un domaine qui permet d'exercer un pouvoir sur les Femmes, les personnes vulnérables et les jeunes pour les soumettre.

 

En ne sensibilisant pas suffisamment les personnes sur la sexualité, on participe au maintient des personnes dans l'ignorance, l'interdiction, la répression pour mieux les manipuler, les contrôler voire dans les cas extrêmes les agresser.

 

N'oublions pas que nous évoluons dans des sociétés sexistes, raison pour laquelle, par exemple, les Femmes (et pas seulement) craignent encore d'investir leur sexualité de peur notamment d'être jugées négativement.

 

C'est en raison d'une société répressive et sexiste que la culture du viol (j'en parlais ici) est si répandue dans nos espaces et que nous avons encore beaucoup de mal à déterminer ce qu'est une agression sexuelle.

 

Il est fréquent de lire ou même d'entendre des propos violents à l'égard des personnes victimes de viols ou d'agressions.

 

La prise en charge par la justice des personnes victimes restent encore très problématique (peu de plaintes, enquête de moralité à l'encontre des victimes, représailles, mauvaises formations des agents de police).

 

C'est pourquoi, comme nous avons du mal à délimiter ce qui est du domaine de l'intime, du consentement, des agressions qu'il est difficile, lorsqu'on ne dispose pas des informations utiles, de prévenir ou reconnaitre certains comportements et situations violentes et dangereuses.

 

La série soulève la question du consentement et l'importance que chacun.e en connaisse la définition.

 

Il est nécessaire de rappeler que les agressions sexuelles, les viols et les abus ne peuvent être assimilés à une relation sexuelle consentie.

 

Ce sont des crimes  !

 

Il est important de se positionner fermement sur ces crimes pour les survivant.e.s et délimiter avec précision ce qu'est le consentement sexuel.

 

Il est capital de faire entendre que le consentement est révocable quelque soit le type de relation.

 

Le consentement :

 

- c'est le droit de dire NON;

- c'est savoir que le NON est IRRÉVOCABLE et doit être RESPECTE;

- ce NON est RECEVABLE à tout moment !

- c'est aussi le droit de REFUSER certains gestes et pratiques sexuelles.

 

Trop souvent, les victimes de viols et d'agressions sexuelles sont culpabilisées parce qu'elles n'auraient pas dit "non".

 

Il est utile de rappeler que dans certaines situations la personne victime n'est pas en capacité de dire non, elle ne peut réaliser qu'elle est en train de subir une agression, ou devant l'ampleur du traumatisme n'est pas en capacité de s'y opposer.

 

Tout ceci pose donc la question de l'éducation sexuelle, qui selon mon avis, doit commencer dès le plus jeune âge auprès des jeunes enfants au sein de la cellule familiale dans un premier temps, puis dans les établissements scolaires dans un deuxième temps qui prendraient le relai concernant tous les aspects concernant la vie en communauté.

 

Il parait évident que pour pouvoir identifier une agression, il est nécessaire d'avoir au préalable été informé.e sur ce que c'est, d'avoir été sensibilisé.e sur les limites de son corps, de reconnaitre les gestes et comportements qui peuvent nous mettre en danger et surtout pouvoir identifier les espaces dans lesquels ont peut se confier, s'exprimer et faire valoir ses droits.

 

Bénéficier d'une éducation sexuelle positive permettrait à chacun.e de rentrer dans la sexualité sans crainte, développer la confiance et l'estime de soi, éviter la culpabilisation qui peut parfois être un frein une fois adulte, se sentir en sécurité de dire non et de toujours se positionner en faveur des survivant.e.s.

 

 

La santé mentale :

 

 

Un autre sujet très important abordé par la série "Thirteen Reason Why" est la santé mentale.

 

Ce que cela révèle est la psychophobie de la société.

 

Qu'est ce que la psychophobie : "c'est une forme de discrimination à l'encontre d'un trouble psychique ou d'une condition mentale qu'une personne a ou est censée avoir. Il s'agit donc de la discrimination dont sont victimes les personnes considérées comme atteintes de troubles psychiques.

 

La psychophobie influence la façon dont les personnes sont traitées par le grand public, par les professionnels de la santé mentale, et par les institutions, y compris le système juridique."

 

Chacun de nous sommes soumis.e.s à être des sujets performant.e.s devant pouvoir tout endurer et jamais n'avoir à se plaindre de sa condition et d'en parler.

 

Il est difficile pour les personnes souffrantes de s'avouer malades et il est est fréquent d'entendre que d'avoir recours à un thérapeute est signe de faiblesse.

 

Il arrive parfois que les personnes qui suivent une thérapie ont honte et se démènent afin qu'iels ne soient pris pour des "folles/fous" !

 

Une des premières choses à faire pour atténuer cette phobie est d'arriver à changer le vocabulaire en cette matière et de complètement abandonner certains termes tels que :

 

- fou/folle;

- psycho;

- retardé.e

- débile...

 

Il est aussi de notre devoir de reconnaitre la maladie mentale comme une maladie : toute maladie a besoin d'être soignée et prise en charge par un professionnel.

 

Déculpabiliser les personnes en situation de souffrance psychologique ou atteintes de troubles et les accompagner le mieux possible vers la guérison.

 

Confier sa santé mentale à une personne habilitée (psychologue, psychothérapeute ou psychiatre) : en effet, certains troubles et/ou maladies ont besoin d'être diagnostiqués, nécessitent parfois un accompagnement thérapeutique et/ou médicamenteux.

 

Je parle déjà dans mon blog de l'importance de prendre soin de sa santé mentale à travers les articles suivants : celui-ci et encore celui-là.

 

Une société qui prend soin de la santé mentale de ses sujets est une société révolutionnaire !

 

 

 

 

La parentalité :

 

Les parents ont des rôles significatifs au cours de la série et on y voit comment il est difficile d'être parents d'adolescent.e.s partagé.e.s entre la volonté de laisser grandir les adolescent.e.s et jeunes adultes et le trop grand désir de protection.

 

Je suis mère d'un adolescent de 14 ans et j'avoue que je ne dois savoir que 30% de ce que représente sa vie sociale.

 

Avec l'aide de ma thérapeute et des livres que j'ai lu sur l'éducation et la parentalité positive, j'essaie au maximum d'être une mère bienveillante, à l'écoute et présente, j'en parlais d'ailleurs dans l'un de mes articles.

 

Depuis quelques mois, j'ai abandonné la "répression" et je le responsabilise : au lieu de recevoir des "ordres", il choisit.

 

J'ai longtemps été inquiète et d'ailleurs, je le suis toujours.

 

J'essaie de comprendre mes peurs, d'où elles viennent et sur quoi elles reposent.

 

Je tente d'ouvrir le dialogue avec lui pour apaiser notre relation.

 

Je suis consciente qu'il est sur la voie de grands changements : désir d'indépendance, vie sexuelle et affective et moi sa mère je l'accompagne du mieux possible et avec bienveillance.

 

Je considère que c'est mon devoir de lui donner les informations nécessaires concernant les dangers que représentent l'usage de drogues et d'alcool, les conduites à risques concernant la sexualité et l'inviter à en parler ou bien le sensibiliser par des documentaires, brochures ou même des rencontres ...

 

J'imagine que tout le reste lui appartient ...et il empruntera son chemin, je l'espère sans trop d'embûches.

 

De plus, cette expérience me guide vers ce que sera ma vie dans une dizaine d'années avec sa petite sœur.

 

 

***

 

 

Pour finir, je dirai que la série "Thirteen Reasons Why" m'a énormément touchée compte tenu de toutes les problématiques qu'elle traite.

 

Je confirme qu'elle convient à un public averti et je vous invite à la visionner malgré les quelques longueurs des premiers épisodes (saison 1) et peut-être que nous pourrons partager nos impressions.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ME CONTACTER:

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com