Black Girls Magic ... September 2018 Issue !

August 9, 2018

 

 

Je vais préparer mon porte-monnaie pour la rentrée de septembre 2018 pour acheter tous les magazines ÉTRANGERS où des Femmes noires figurent en couverture ...

 

Ce moment est HISTORIQUE !!!

 

***

 

BLACK GIRLS MAGIC !!!

 

Je ne m'étais pas exprimée sur la sortie du livre à l'initiative d'Aissa Maiga "Noire n'est pas mon métier" et la montée des Marches du dernier Festival de Cannes des actrices noires qui relatent leurs expériences de racisme et de discrimination dans l'industrie du cinéma français dans cet ouvrage.

 

Bien entendu, j'ai été touchée par l'unanimité des récits et du fait que les situations qu'elles relatent presque toutes les Femmes noires de France les ont traversées et par conséquent n'est malheureusement pas une spécificité de l'industrie cinématographique française mais qui touche bien tous les domaines de la société française.

 

J'espère que le mouvement qui est actuellement en marche concernant la dénonciation de toutes formes de discriminations et agressions (#metoo, #balancetonporc) favorisera le changement de la société dans la reconnaissance de l'existence et le respect de chaque être humain.e.

 

 

 

 

***

 

 

Si certaines d'entre vous me suivent sur Twitter, il m'arrive parfois de prendre en photo les unes des magazines dans les kiosques français...

 

Mon constat est presque toujours le même ... très peu de diversité concernant les Femmes qui figurent sur la première page ...

 

En France, hormis la presse dite spécialisée : Miss Ebène, Amina ... il est très rare de voir en Une de la presse féminine française des Femmes noires ou racisées connues et moins connues...

 

C'est en raison de ce manque de représentation et de diversité que j'ai cessé il y a 4 années mon abonnement à tous les magazines de presse féminine dont j'avais souscrit ...

 

Vous me direz pourquoi et je vous répondrai tout simplement que je ne m'y sentais ni représentée tant dans les sujets abordés, les publicités et produits qui y étaient proposé.e.s et le lifestyle qui y était mis en avant ...

 

Vous me demanderez pourquoi je ne me sentais plus représentée alors que : je suis une Femme, de région parisienne, active, mère de deux enfants (un adolescent et une petite fille en bas âge) et malgré tous ces "paramètres" je ne trouvais plus dans cette presse pourtant destinée pour les "Femmes comme moi" ma place ...

 

L'élément principal qui m'a semblé tellement OBVIOUS c'est que bien que je sois une Femme ... je me définis surtout comme étant une Femme Noire et les problématiques, les spécificités liées à mon origine, mon parcours, mon milieu social, mon lifestyle m'a fait réaliser qu'en réalité cette presse n'était pas destinée à des "Femmes comme moi" ...

 

IN CASE YOU MISSED IT INTERSECTIONNALITY* IS BAE !

 

C'est à peu près à ce moment, qu'à défaut de trouver des magazines qui mettaient "des femmes comme moi" en avant, je suis partie à la recherche, sur internet, de personnes qui me ressemblent.

 

 

SAY THEIR NAMES : Beyoncé, Rihanna, Lupita Nyong'o, Issa Rae, Yara Shahidi, Zendaya, Tiffany Haddish, Slick Woods, Aja Naomi King et Tracee Ellis Ross september issues !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous compte, en 126 ans d'existence c'est la première fois que le magazine VOGUE a mis en couverture un cliché pris par un photographe noir, ici Tyler Mitchell, recommandé par Beyoncé elle-même.

 

Dans cet entretien qu'elle accorde au magazine VOGUE US elle dit ceci : « Quand j’ai commencé, il y a 21 ans, on m’a dit qu’il me serait difficile d’être en couverture de magazines, parce que les Noirs ne vendent pas. C’est un mythe. Non seulement une Afro-américaine est en couverture du mois le plus important de Vogue, mais c’est la première couverture de Vogue par un photographe afro-américain ».

 

Double Victory !

 

J'observe et je constate qu'il y a une amélioration dans le paysage médiatique et publicitaire dans la manière dont les Femmes noires sont représentées.

 

Je dirai que cet essor est dû aux personnes qui militent et qui réalisent un travail journalier conséquent dans leurs discours, dans leurs postures et la mise en place d'initiatives et de collaboration démontrant l'importance de la représentation de tout.e.s au sein de nos sociétés,  aux actrices et acteurs qui travaillent dans le monde de la Beauté, les artistes du monde musical, cinématographique, artistique ...

 

Nous avons tout.e.s besoin d'être représenté.e.s que ce soit sur une page de magazine, un spot publicitaire, une série, parce que chacun.e de nous participons au fonctionnement de cette société pour d'abord y vivre, y travailler, en y payant des impôts, en y consommant ...

 

D'ailleurs, à ce sujet, les Femmes noires sont des actrices actives de la vie économique de tous les pays où elles sont présentes et vivent et de ce fait elles aussi méritent qu'on les voit !

 

Il a même été démontré au cours d'une enquête que les Femmes noires sont les premières consommatrices de produits cosmétiques ...

 

La question de savoir où elles se trouvent dans les spots publicitaires, les pages de magazines, les sujets de sociétés s'avère légitime !!!

 

 

Est-ce qu'être une Femme noire c'est devenu trendy en 2018 ?

 

Une anecdote me concernant ... la semaine dernière je suis allée dans une enseigne française de produits de beauté nommée Sxxxxx ... j'y achète le mascara bleu électrique que je voulais depuis longtemps et que j'empruntais jusque là à BAE.

Je suis à la caisse, je paie et vient le moment du symbolique échantillon et là la vendeuse me glisse un échantillon de fond de teint carrément pas adapté à ma carnation ...

Elle remarque ma tête un peu froissée/gênée (Angry Black Woman) parce que pour moi cela veut dire qu'elle ne m'a même pas regardé ??? Du coup, elle reprend l'échantillon et me met Chanel 5 à essayer ...Ouf !

 

Where is the Black Girl Magic Effect ???

 

Même avec l'album de Solange "Don't touch my hair", la marque de cosmétiques Fenty de Rihanna, les exploits sportifs de Serena Williams être une Femme noire au quotidien comporte son lot de micro-agressions ou/et de discriminations ...

 

Je suis une Femme noire et ce que je suis et ce que je représente n'est pas une tendance, je ne veux pas le voir ainsi !

 

Je n'attends pas des magazines ou des enseignes de la distribution qu'elles réalisent enfin mon pouvoir d'achat et celui de toutes les autres femmes noires ou racisées pour enfin miser sur une communauté qui jusque là méprisaient ... !

 

Je suis une Femme noire et quand je parle de représentation c'est surtout pour que mes enfants se sentent reconnu.e.s dans cette société.

 

Quand je parle de représentation c'est surtout dans la nécessité de la reconnaissance de tout.e.s les humanités ...

 

Je n'oublie pas que pour arriver à cette représentation il a fallu mener des actions acharnées, des protestations, des revendications, des portes poussées pour qu'enfin petit à petit les images changent, le paysage se diversifie, le sentiment d'appartenance commence à se manifester ...

 

***

 

Malgré ma joie de voir toutes ces Femmes noires en Une de magazines étrangers, je suis toujours en attente que la presse féminine française fasse de même ... et ouais je suis exigeante en plus !

 

Malgré ma joie, je n'oublie pas qu'une Femme noire est payée moins que ses collègues et cette différence n'est basée souvent sur aucune justification mise à part le fait qu'il s'agisse d'une discrimination grave et qui peut-être condamnée aux Prud'hommes si elle est prouvée ...que les Femmes noires subissent plus de mauvais traitements au sein des entreprises (défiance, négation de leur expérience, mise en doute de leurs compétences) ...

 

Malgré ma joie, je n'oublie pas que les Femmes noires aux USA sont plus susceptibles de décéder ou de connaitre des accouchements difficiles dû à une plus mauvaise prise en charge des Femmes noires dans les hôpitaux américains qui puiserait ses sources dans le racisme.

 

Malgré ma joie, je n'oublie pas que les Femmes noires en France occupent en majorité les métiers d'entretien (qui mettent en danger leur santé tant dans la dureté de leur travail que les produits qu'elles utilisent pour exercer leur activité) ou les métiers du care (assistante maternelle, aide à la personne, aide soignante) et qui sont souvent des métiers à faible rémunération.

 

Malgré ma joie, je n'oublie pas qu'il y a en France de nombreuses Femmes noires talentueuses, entrepreneuses, mamans solos, innovantes dans des domaines où on ne les attendait pas, et qui fait prendre conscience que les Femmes noires ne sont pas un bloc monolithique, qu'elles sont pleine de ressource et qu'elles existent de bien différentes manières et c'est cela que nous voulons voir représenté PARTOUT !

 

Malgré ma joie, je n'oublie pas que des Femmes noires ont été stérilisées ou forcées de prendre une contraception par l’État français pour contrôler les naissances sur les départements et territoires d'Outremers. A lire à ce sujet "Le ventre des Femmes" de Françoise Verges ...

 

Malgré ma joie, j'ai une pensée pour Marielle Franco, activiste lesbienne noire brésilienne morte assassinée le 14 mars 2018 à Rio qui mériterait de faire la Une de tous les journaux du monde ...

 

 

 

Malgré ma joie, je suis convaincue que le mot résilience a une sonorité particulière pour toutes les Femmes noires de ce monde tellement tant de choses leur est demandé, enlevé, nié, exigé et que malgré tout cela elles doivent rester dignes et fortes !

 

 

***

 

 

Cependant, je vais quand même célébrer ma joie et préparer ma petite cagnotte ... j'ai des magazines à acheter !

 

BLACK GIRL MAGIC

 

 

 

 

 

Intersectionnalité* : c'est une notion sociologique et une réflexion politique qui décrit la manière dont certains groupes d'individus subissent simultanément plusieurs formes de classement, oppression, domination ou de discrimination dans une société.

L'intersectionnalité s'intéresse à l'identité collectives d'un groupe d'individus et donc à ses trajectoires souvent communes plutôt que les trajectoires individuelles.

Le terme a été inventé par l'universitaire afroféministe américaine Kimberlé Crenshaw en 1989 en ce qu'elle a révélé de la situation particulière que vivent les Femmes noires qui sont à l'intersection entre le sexisme, le classicisme et le racisme.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ME CONTACTER:

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com