L'instinct maternel...

October 26, 2017

« La société a toujours été mâle; le pouvoir politique a toujours été aux mains des hommes…

Le triomphe du patriarcat ne fut ni un hasard, ni le résultat d’une révolution violente.

Dès l’origine de l’humanité, leur privilège biologique a permis aux mâles de s’affirmer seuls comme sujets souverains. »

Simone de BEAUVOIR

 

 

Après la diffusion d'un sondage sur mon profil Instagram (@Badassmamann), je souhaite me pencher sur ce que l'on appelle l'instinct maternel ...

 

Mère de deux enfants : une petite fille en bas âge et un adolescent, je me questionne sur ce qu'est cet instinct que l'on prête principalement aux femmes.

 

Est-ce-que cet instinct dit maternel se manifeste-t-il pour les femmes qui ne seront jamais mères ?

 

Qu'en est-il des femmes qui adoptent et deviennent ainsi mères ? Ont-elles l'instinct ?

 

Qu'en est-il encore des femmes à qui sont confié.e.s des enfants (famille d'accueil, enfant.s recueilli.e.s par des femmes de la famille) ... ?

 

Est-ce possible d'être mère et de ne pas avoir l'instinct maternel ?

 

Toutes ces questions qui me traversent l'esprit et auxquelles, je donne des éléments de réponse.

 

D'ailleurs, une dernière question : pourquoi n'entend-on jamais parler de l'instinct paternel ??? oui tient pourquoi ???

 

 

 

***

 

Recentrons le sujet ... qu'est-ce-que l'instinct :

 

Instinct définition du Larousse : Ensemble des comportements animaux ou humains, caractéristiques d'une espèce, transmis par voie génétique et qui s'exprime en l'absence d'apprentissage.

L'instinct est donc un ensemble de comportements uniformes et communs à tous les membres d'une même espèce.

Voici quelques exemples de comportements instinctif : la succion, la marche, la communication, l'expression des émotions...

 

 

***

 

 

 

On s'aperçoit en matière "d'instinct maternel" malgré l'uniformisation qu'on souhaite lui donner, il peut s'exprimer, si l'on considère qu'il existe, de manières différentes selon les femmes.

 

Toutes les femmes ne parviennent pas à la maternité de la même manière (même si le schéma classique reste dans le cadre de la vie maritale) et toutes les mères ne sont pas identiques.

 

Toutes les femmes ne sont pas mères au cours de leur vie et ce pour diverses raisons (infertilité, pathologie particulière empêchant de mener à terme une grossesse, absence de partenaire potentiel ...), ces femmes dans des situations personnelles particulières sont-elles dépourvues d'instinct maternel alors que leur volonté de maternité n'a pas pu se réaliser ...

 

Avoir l'instinct maternel ne s'appliquerait qu'aux seules femmes devenues mères ...

 

 

 

C'est à ce moment là qu'intervient la culture.

 

Par opposition à l'instinct la culture a été créée par l'Homme pour l'Homme.

 

Les femmes, je le répète assez souvent, vivent sous le régime du patriarcat !

Elles sont élevées à n'être que des femmes dans un univers dominé par les hommes.

Elles vivent chaque étape de leur vie à travers les yeux des hommes et selon leurs critères et leurs lois.

 

L'instinct maternel est l'un des outils du patriarcat, en réalité il n'existe pas d'instinct maternel.

Il n'y a pas plus d'instinct maternel qu'il existe d'instinct paternel.

 

Ce sont effectivement les femmes qui vivent la grossesse, donnent naissance et qui durant la gestation se préparent à être mère.

 

Cependant, être mère n'est pas un comportement inné chez la femme.


L'instinct maternel est une construction sociale et patriarcale qui enferme les Femmes dans le rôle prédisposé d'épouses, de futures mères et de mères.


 

La construction de l'instinct maternel repose sur le fait que les Femmes comme elles donnent naissance seraient plus enclines à prendre soin de leur.s enfant.s ... depuis petites elles sont élevées pour s'occuper de leur futur époux, gérer un foyer et prendre soin de leur.s futur.s enfant.s.

 

L'univers du jeu des petites filles se tourne volontiers vers cette construction sociale : on offre plus volontiers aux petites filles des poupons, des jouets tournés vers l'univers domestique et parental si bien que la construction de cet instinct est insufflé dès leur plus jeune âge.

 

Par cette construction, les femmes sont maintenues dans leur rôle d'épouses et mères et c'est ainsi qu'elles conçoivent naturellement devenues adultes qu'elles ne peuvent trouver l'épanouissement qu'à travers les fonctions d'épouses et de mères.

 

C'est donc tout logiquement que l'on construit cette théorie et qu'on la nomme "instinct maternel".

 

Prôner l'existence de l'instinct maternel c'est  :

 

- culpabiliser les femmes qui ne se sentent pas concernées par cet instinct maternel ;

 

- culpabiliser les femmes qui sont mères et qui ne répondraient pas aux exigences culturelles et sociales  que supposent cet instinct (être une bonne mère, une bonne épouse, une bonne femme au foyer) ;

 

D'ailleurs que veut dire "bonne" dans ces trois descriptions ... "bonne" ne traduit que de la disponibilité et de la corvéabilité des femmes et non leur propre désir et leur volonté !

 

- culpabiliser les mères qui auraient d'autres ambitions, ambition que l'on prête plus volontiers aux hommes, eux chefs de famille et responsables de la survie et la prospérité du foyer !

 

- culpabiliser les femmes à être mères et en même temps ne pas leur donner les moyens et le temps nécessaire pour s'occuper de leurs enfants les premières années ...

 

Comment cet instinct peut-il se développer quand une jeune mère ne bénéficie que de 10 semaines après son accouchement pour s'occuper de son nouveau né en France !

 

Quand il est préconisé par l'OMS d'allaiter son nourrisson au moins les 6 premiers mois de sa vie et que les femmes ne bénéficient pas du congé nécessaire pour s'y consacrer !

 

J'ai allaité ma fille pendant deux années et c'est assez compliqué d'installer un allaitement prolongé lorsque l'on travaille de 9h/18h tous les jours de la semaine.

 

Notre modèle social est basé sur les normes patriarcales, et bien que ce modèle devienne de plus en plus obsolète en raison de son ancienneté, il n'en reste pour autant toujours le modèle initial.

 

Raison pour laquelle on questionne toujours plus longuement les femmes qui ne désirent pas d'enfant.s ... ce ne serait pas humainement compréhensible ...les femmes doivent avoir des enfants ... elles sont nées pour cela !

 

On accable toujours plus les femmes qui se seraient consacrées à leur carrière professionnelle et auraient eu tardivement des enfants.

 

La finalité et l'accomplissement passeraient obligatoirement par le fait d'être mère quoi qu'il en coûte... la société a du mal à se défaire de cette norme ! celle de la maternité imposée ... celui du statut de mère dont aucune femme ne peut échapper...

 

Egalement ... il est difficilement concevable qu'une femme n'ait qu'un seul enfant ... vient toujours l'irrésistible question  : c'est quand le 2ème, le 3ème  ...???

 

Sommes-nous seulement des "reproductrices" ??? des mères ??? des épouses ???

 

OUI, selon le patriarcat !

 

Je ne veux pas le croire surtout que de nos jours être parent relève véritablement d'un choix, nous ne sommes plus contraint.e.s à ces obligations de survie de l'espèce et de besoin de main d'oeuvre qui étaient de vraies préoccupations des années auparavant.

 

***

 

 

 

Pour en revenir sur le sujet de la parentalité, les Hommes comme les Femmes passent par l'apprentissage à être parents.

 

Les femmes ne sont pas nées avec la capacité d'être mères et ne seraient par conséquent de meilleur parent.

 

Je le rappelle, ce n'est pas toutes les Femmes qui désirent être mères, certaines femmes n'ont pas la capacité à l'être et d'autres ne s'épanouissent pas dans ce rôle, ce qui ne les rend pour autant pas moins Femmes...

 

La maternité et la féminité sont deux entités bien distinctes et ne devraient pas être associées.

 

De plus, de leur côté  les hommes sont peu prompts à rogner sur leur acquis et privilèges que leur confèrent le patriarcat.

 

Encore très peu d'hommes envisagent le congé parental à la place de leurs femmes, alors que c'est un congé que chaque père peut prendre au moment de l'arrivée d'un enfant, même dans le cadre de l'adoption.

 

Leur présence et leur implication dans le foyer familial, même si dans certains couples des progressions sont visibles, il n'en reste pas moins que dans la majorité des familles les tâches inhérentes au foyer et aux enfants sont confiées ou laissées automatiquement aux femmes (mères) : la fameuse charge mentale (j'en parlais ici ) !

 

De plus, en cas de séparation ou divorce, malgré les innovations de la justice avec la mise en place de nouveaux modes de garde pour les parents (garde alternée, garde partagée), on s'aperçoit que très peu de pères réclament la garde de leurs enfants.

 

Instinct paternel ...

 

***

 

 

Le patriarcat est une machine bien huilée qui enferme les femmes dans le rôle de mères et d'épouses.

 

Les choses évoluent et si on peut considérer que ni l'instinct maternel, ni l'instinct paternel n'existent, on peut sereinement parler de l'envie et du désir d'être parent.

 

Désir ou envie qui s'expriment chez l'homme ou la femme quelque soit :

 

- leur orientation sexuelle, leur âge, leur situation économique et familiale, leur capacité ou non à procréer.

 

Une fois ce désir assouvi, les individus hommes ou femmes deviennent parents.

 

On ne parlerait plus d'instinct mais du désir d'être mère ... parler simplement de désir déchargerait peut-être "un peu" les femmes de cette grande responsabilité !

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ME CONTACTER:

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com