Comment je suis parvenue à pratiquer la bienveillance éducative ...

September 23, 2017

 

 

Il y a un peu plus d'une semaine, nous fêtions le 13 ème anniversaire de mon fils.

 

Ce parcours de Maman n'a pas été de tout repos et je dois dire que par moments il a été très difficile ... séparation, éloignement géographique, tensions, rapprochements et maintenant l'adolescence ...

 

Je me suis séparée du père de mon fils, il avait tout juste 3 ans, moi 25 ans ... jeune maman... pas encore diplômée ... l'échec de ma vie de famille a été un coup de massue.

 

J'étais cependant déterminée ... je n'étais pas heureuse, mon foyer n'était pas sécurisant, je ne me voyais pas reproduire un schéma que je souhaitais à tout prix fuir (renoncer à son bien-être au profit de la vie de famille).

 

J'avais une peur panique de ne pas m'en sortir dans ce nouveau rôle de mère célibataire, l'idée que je m'en faisais c'était le parcours du combattant (c'est un peu vrai), des fins de mois difficiles, des difficultés pour se loger, beaucoup d'épuisement, des jugements venant de toute part !

 

Je n'étais pas loin de tout cela ... cette situation que je n'avais pas choisie, j'ai fini par en accepter les enjeux...et en tirer le positif ...

 

Je faisais le maximum pour préserver mon fils afin de lui maintenir un niveau de vie équilibré et serein ... sans peut-être m'attarder sur sa personnalité, ses sentiments, ses émotions.

 

Le parcours de mon fils en école primaire a été chaotique, cela s'est traduit par un désintérêt pour l'école et ce à mon grand désespoir ... je ne comprenais pas pourquoi c'était si dur pour lui.

 

De mon côté, enfant, j'avais toujours été une élève studieuse et consciencieuse et j'admets, que sûrement à tort, j'exigeais la même chose de mon enfant...

 

Je projetais sur lui toutes mes attentes et exigences sans prendre le temps de comprendre quels étaient ses besoins ...

 

La vie faisant, 10 ans après j'étais enceinte et de nouveau la peur m'assaillait ... une autre forme de peur cette fois-ci ... 

 

J'étais anxieuse ... je ne souhaitais pas que mon fils prenne l'arrivée de ce nouvel enfant comme un moyen pour moi de le remplacer et de me détourner de lui... Mon fils ne vivant pas avec moi au quotidien cela a renforcé mon inquiétude et je ne voulais pas qu'il en souffre ...

 

Je l'ai impliqué pendant la grossesse et nous avons suivi une thérapie familiale pendant une année...

 

C'est la meilleure chose que j'ai pu faire, nous avions besoin de savoir ce qui n'allait pas entre nous et surtout rétablir la confiance et la sécurité de nos sentiments...

 

Puis très vite le collège, de nouveau l'éloignement ... le sentiment d'être impuissante ...

 

Les résultats scolaires se font de nouveau peu satisfaisants, des retenues, des convocations au collège et je suis de nouveau désarmée...

 

Je ne sais vers qui me tourner ... car à peu près à toutes les personnes à qui j'en parle me disent que je devrais le punir ... que je suis sûrement trop douce, pas assez sévère avec lui ... seulement ce n'est pas l'éducation que je souhaite donner à mes enfants.

 

J'ai grandi dans un environnement où les enfants ne pouvaient s'adresser aux adultes seulement quand iels y étaient invité.e.s, dans la crainte et les brimades ... 

 

Ce n'est pas l'empreinte que je veux leur laisser... mon objectif est qu'iels se sentent en sécurité, en confiance, écouté.e.s, valorisé.e.s ...

 

Nouvellement Maman d'un nourrisson, je découvre le "concept" de bienveillance éducative... concept dont le nom est totalement nouveau pour moi mais dont certains préceptes me sont tout de même familiers.

 

Je lis alors plus attentivement le blog de Danielle @BestofD (https://www.facebook.com/bestofdblog/), je me suis abonnée à plusieurs pages Facebook qui comme celles d'Isabelle Fillioza (https://www.facebook.com/ifilliozat/) et Famille Epanouie (https://www.facebook.com/famille.epanouie/) mettent en avant cette méthode éducative.

 

Je me suis vraiment demandée si ce "concept" pouvait nous être appliqué... après 10 années d'errance on ne pouvait qu'essayer ...

 

 

 

 

La parentalité positive ou l'éducation bienveillante qu'est-ce-que c'est au juste ??? :

 

C'est un concept venant des Etats-Unis et qui est une alternative à l'éducation dite "traditionnelle".

 

La bienveillance éducative préconise l'écoute des besoins et des sentiments de l'enfant, en bannissant les punitions corporelles (fessée),  les cris, les menaces, les ordres et proposent à la place le dialogue, le choix, les alternatives pour ainsi favoriser l'autonomie et la coopération de l'enfant.

 

Dans la lignée des méthodes éducatives Montessori, la bienveillance éducative rend actif l'enfant de son éducation et moins passif et victime des décisions prises par ses parents ...

 

Ces méthodes éducatives permettent à l'enfant de développer et façonner son estime de soi du fait que ses parents l'encouragent, l'accompagnent et l'aident et le rendent actrice ou acteur des événements de sa vie, même les plus minimes.

 

La bienveillance éducative c'est également se rendre disponible pour ses enfants... se mettre à leur hauteur afin de comprendre et répondre au mieux à leurs besoins...

 

Mais c'est le règne des enfants rois ???

 

Il n'est en revanche pas question de changer les rôles : les parents ne perdent pour autant pas leur autorité et leur pouvoir décisionnel ... l'éducation positive a pour but de valoriser les enfants et leur place dans la cellule familiale et de favoriser leur épanouissement.

 

Cela demande de la maîtrise de soi pour ne pas céder à la colère de communiquer de manière non violente :

 

- en pratiquant l'écoute active en reformulant et en questionnant l'enfant et ainsi favoriser la communication : Qu'est  ce qui ne va pas ? Pourquoi tu pleures ? ;

 

- en évitant le "non" ou "pas" ... utiliser  la négation c'est comme donner son autorisation, l'enfant n'y entendra que les mots qui l'intéresse... Souvent quand on dit à son enfant : ne cours pas ...il continue de courir...il est plus utile de lui donner des consignes qui lui indiquent ce qu'il doit faire : Reste à côté de moi... Marche sur le trottoir ... La route c'est dangereux donnes moi la main ...;

 

- en communiquant par le "je" quand on s'adresse à l'enfant et lui transmettre notre position, notre désaccord ... : je voudrais que tu écoutes; je veux que tu me tiennes la main quand on traverse la route ...

 

Pratiquer la communication non violente c'est avoir l'intention de créer un climat empathique entre soi et les autres, climat qui permet de satisfaire les besoins fondamentaux de tou.t.e.s dans une atmosphère apaisée et ou chacun.e peut s'exprimer clairement et sans jugement.

 

***

 

 

En pratique à quoi cela ressemble ?

 

- J'ai appris à lâcher prise... à accepter que rien ne peut être parfait et surtout ne pas mettre de pression supplémentaire sur leurs épaules car la vie s'en charge déjà ...

 

- Je tente de ne pas céder à la colère, je sais la reconnaître mais je ne la laisse pas m'envahir ; 

 

- J'ai appris à être bienveillante envers moi-même pour mieux l'être pour elleux ;

 

- Je me pose et je me questionne sur mes émotions et tente de mieux les gérer à chaque fois qu'une situation stressante se présentera à nouveau...

 

- J'apprends à décrypter leurs besoins et ceux qui ont besoin d'être comblés impérativement ;


Je me suis rendue plus disponible pour ma fille, et elle s'est révélée être une enfant très demandeuse.

 

J'ai pratiqué un allaitement prolongé (jusqu'à ses 2 ans) et nous cultivons une proximité corporelle privilégiée ... cela la ressource, cela recharge ses batteries émotionnelles et enrichit sa confiance en elle et petit à petit elle apprend l'indépendance, qu'elle existe en dehors de moi...de son père...de sa structure familiale.

 

Je la remercie, je l'encourage, je la félicite... je la valorise c'est important.

 

Quand on lit tout ceci, on a l'impression que c'est le monde des Bisounours, je vous rassure il y a des cris, des pleurs, des tensions : je ne suis pas toujours disponible, je ne suis pas toujours à l'écoute , je n'ai pas toujours la patience !

 

Cependant, étant leur mère, je souhaiterais être leur guide, leur accompagnatrice et qu'iels puissent garder en tête que je suis leur alliée et que je le serai toujours ...

 

Pour ce qui est de mon fils, je me suis mise à mieux écouter ses attentes et ses besoins même s'ils ne correspondent pas toujours aux miens.

 

Je le responsabilise et  l'aide à remplir son besoin d'appartenance, qu'il est en demande de combler étant membre d'une famille recomposée +++ et qu'il n'est pas toujours aisé, dans ces circonstances, de trouver SA place.

 

Je me suis adoucie, je suis devenue plus indulgente, je reste tout de même en attente à ce qu'il transforme tout ce que je lui transmets en quelque chose de positif pour lui et son avenir.

 

Depuis peu, il est en demande de responsabilité et il m'a communiqué son désir d'aller chercher sa petite sœur quand il fini plus tôt le collège et j'en suis ravie et tout se déroule parfaitement bien.

 

Ce sont des événements récents pour nous mais à chaque âge ses étapes et nous évoluons et les entamons ensemble dans le respect, l'amour et la bienveillance toute nouvellement pratiquée.

 

Accorder sa confiance, discuter, partager, lâcher prise, communiquer avec ses enfants sont des situations dans lesquelles je m'épanouis dans mon rôle de mère et je n'en tire que des enseignements quotidiennement ...

 

"La reconnaissance est un fruit qui ne peut être produit que par l'arbre de la bienveillance".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

ME CONTACTER:

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com